Yannick Girouard et Céline Willocq

Lignes de lumière

Gravures à poèmes

De la douceur et de l’équilibre dans cet ouvrage qui vous fera partager de la poésie et des gravures délicates et colorées.

La poésie est pour les auteurs non un moyen d’expression mais un destin : elle témoigne d’une transcendance où la beauté formelle participe au sens

Alors plongez dans Lignes de lumière et soyez à l’écoute de vos sens !

 

ISBN : 978-2-37431-025-1                  Prix public TTC : 18,90 €

 

A propos des auteurs 

Biographie de Céline Willocq

Née en 1946 dans le Perche, directrice de la bibliothèque de Viroflay, de 1990 à 2005, où elle organise des rencontres avec des écrivains. Anime un atelier d’écriture à Versailles avec autant de passion qu’elle a dispensé ses cours à l’université d’Aix ( littérature pour la jeunesse).

Elle a publié trois recueils :

la femme jardin (recueil sur les tableaux du peintre surréaliste Ferdi Postura, Atelier du Cadratin)

Miroir des forêts, sur des tableaux d’Emmanuelle Hartmann, illustratrice de St John Perse.

Vers de profonds lointains sur des gravures de Yannick Girouard, à la Librairie-Galerie Racine.

Son amour de l’écriture vient d’une passion de lecture depuis l’enfance et ses études de lettres dans le compagnonnage de Baudelaire et de Proust, comme de ses contacts avec bon nombre d’écrivains contemporains. L’écriture ne correspond pas pour elle à une construction de l’esprit, c’est à l’écoute de tous ses sens, avec son corps entier dans la présence des émotions, et de toute forme d’Art, qu’elle écrit ; rejoignant dans sa rigueur stylistique une quête des profondeurs. Elle écrit pour partager, approcher chacun dans sa part la plus intime.

 

Biographie de Yannick Girouard

Né en 1945 à Sèvres dans les Hauts de Seine, après des études de lettres modernes, il a effectué presque toute sa carrière de professeur de lettres en lycée, y compris en Afrique, dans un lycée de brousse au Mali. Au lycée Galilée de Gennevilliers, il a longtemps animé l’atelier-théâtre en partenariat avec le théâtre de Gennevilliers de Bernard Sobel et des expositions culturelles dont il concevait l’organisation. 

Il a toujours écrit depuis l’adolescence dans tous les genres mais il a attendu cinquante trois ans avant de se décider à publier, de la poésie essentiellement. Des distinctions et un prix de l’édition, l’aide aussi du CNL l’ont encouragé à poursuivre les publications à la Librairie-Galerie Racine.

La poésie est pour lui non un moyen d’expression mais un destin : elle témoigne d’une transcendance où la beauté formelle participe au sens. « la poésie chargée au plus haut degré de sens », comme disait Ezra Pound. Elle est selon lui la plus noble création, du moins en littérature. Il regrette bien d’ailleurs de ne pas avoir été musicien. I

Aussi pour lui le rythme est-il premier dans l’élan du poème.

Parallèlement à son écriture, musique et arts graphiques l’ont toujours mobilisé. Après avoir écrit divers textes en prose sur les peintres eux-mêmes (Klee, Rembrandt, Velasquez, Goya…) il s’est lui-même engagé dans l’expression graphique et picturale, puis depuis trois ans dans la gravure, après avoir été initié par un ami artiste disposant de presse.

Enfin ayant écrit deux romans restés inédits, il s’est associé à Céline Willocq pour écrire Trois sonates pour un sourire où il s’est laissé aller, çà et là, à  un parcours contemplatif des trois dernières sonates pour piano de Beethoven, sans réfréner non plus sa dilection pour Chostakovitch…

Aujourd’hui, enfin il achève un nouveau roman La traversée, fable contemporaine et réaliste à la fois.

Les Editions Abordables