Christophe BLANQUIE

Pour une couchée de fougères

Roman

Mia redessine des maisons, Paulo reconstruit des vies. Forcément : les gens heureux n'ont pas d'histoire, mais ils accueillent les souvenirs, ceux des autres, les leurs aussi, au risque de découvrir les dessous du bonheur.

ISBN n° 978-2-37431-103-6                                                                         Prix public TTC 18,90 €

 

Un amoureux des mots, un auteur…

Né en 1957 à Plassac (Gironde), ce fils de notaire a fait ses études à Bordeaux jusqu’au diplôme de l’IEP et à la licence en droit. Un diplôme d’administration publique en poche, il s’installe à Paris, entre en 1979 à la Caisse des dépôts, obtient un DESS de gestion bancaire et un MBA, mais passe en 1983 le concours de secrétaire des débats.

A côté d’une carrière de haut fonctionnaire parlementaire, il développe une activité d’historien. Docteur en histoire en 1993, habilité à diriger des recherches en 1999, il anime pendant plusieurs années un séminaire à l’EHESS. Il continue de donner des conférences et a participé à plusieurs jurys de thèse (en juillet 2017 encore). Sa femme est professeure de littérature du XVIIe siècle.

Il est l’auteur de nombreux comptes rendus, d’une centaine d’articles ou contributions à des ouvrages collectifs, y compris des articles de dictionnaires ! Ce spécialiste des institutions du Grand Siècle aime également les grands textes, au point que ses travaux sur le cardinal de Retz ou le duc de Saint-Simon en font un connaisseur reconnu des Mémoires du XVIIe siècle. Ses éditions de textes confirment son engagement pour Bussy-Rabutin, dont il préside la Société des amis depuis 2012.

Christophe Blanquie lit beaucoup, aime l’opéra, mais fréquente peu les vernissages. Il est vrai qu’il arpente souvent les routes de Bourgogne, lui qui, pourtant, revient fidèlement dans son Aquitaine natale.

Entre ses lectures historiques, tantôt il retourne à ses deux auteurs de prédilection, Balzac et Albert Cohen, tantôt il découvre Eric Chevillard, Béatrice Beck, et tantôt il se délecte des romans d’Eric Ambler ou de Camillieri.

Pour un auteur formé à la rigueur de l’écriture juridique et aux exigences de l’écriture historique, l’écriture plaisir est d’abord un espace de liberté. Des contes au roman historique, des lettres au roman contemporain, Christophe Blanquie aime passer d’un genre à l’autre, d’un ton à l’autre. A l’écoute de Vivaldi, Haendel et Mozart, il a appris qu’une voix se reconnaît dans son habileté à changer de registre et que le bonheur du lecteur tient, comme celui de l’amateur d’opéra, aux risques pris par l’interprète dans les variations.

Les Editions Abordables